Naviguer, s'orienter, se repérer avec un GPS en montagne ?

Twonav en action sur un GPS

Cet article ne reflète que mon opinion et mon expérience. De plus je parle d'ici de navigation, d'orientation, de robustesse des GPS en montagne, et pas de la façon de calculer son dénivelée ou de survoler sa trace dans Google Earth.

En tant que guide et en tant qu'ancien ingénieur dans l'aéronautique, je connais un peu le petit monde des GPS et ce depuis de nombreuses années. Je sais aussi que de nombreux guides partagent certaines des idées que je livre ici...

Comme tous les composants électroniques les GPS ont beaucoup évolué ces 20 dernières années. Surtout leur environnement logiciel (l'utilisation des fonds de cartes ...) et leur intégration au sein d'ordinateurs et de smartphones a changé la façon de les utiliser.

Vous avez cédé aux charmes du dernier Iphone ou du téléphone Androïd surpuissant.

Mais pouvez vous vraiment faire une navigation avec votre téléphone en haute montagne ? sur vos skis de rando ?

OUI   mais ....

Plan:

Ne pas oublier la navigation classique à la carte et à la boussole

Les GPS "basics" à ne pas oublier non plus

Les GPS à cartes

Les Smartphones

Les logiciels

 

Ne pas oublier la navigation classique à la carte et à la boussole !

La fonction de localisation d'un GPS est incroyablement performante par rapport à tout autre système de navigation: n'importe quelle puce GPS à quelques Euros vous localise sur la terre en longitude et latitude avec, la plupart du temps, moins de 10 m d'erreur et à peine plus en altitude. Si vous ne le saviez pas, un GPS peut aussi vous donner l'heure au millième de microseconde près ... cool.

Rappelez vous que pour vous offrir ce service, le ministère de la défense Américain a mis sur la tables quelques milliards de dollars surtout pour déployer et maintenir la constellation de satellites qui fournissent les signaux GPS. Ils n'ont jamais rien fait payer à quiconque ! Alors c'est vrai ils peuvent tout faire avec ... mais en dehors des zones de conflits, force est de constater que nos copains du Pentagon nous laissent tranquille.

Malgré les extraordinaires capacités du système GPS, si une chose fait l'unanimité chez les guides, c'est que la navigation à l'ancienne (carte, porte carte, alti et boussole) reste indispensable. Le meilleur écran portable est plus lourd, plus fragile, moins grand et moins clair qu'une carte correctement déployée dans un porte carte, surtout quand on en a vraiment besoin : au troisième jour d'un raid à ski quand il fait -10°, qu'il neige et qu'on est dans le nuage !

Sans parler des problèmes de piles ou de batteries, de doigt gelé sur l'écran tactile, de flocons de neige sur la protection de l'écran qui gênent la lecture, la taille du porte carte permet de se repérer et d'anticiper la suite dès qu'un peu de vent dégage le relief. Si on est en train de suivre notre progression à l'écran, alors on risque de ne même pas voir le relief ou la pente qui se dégage (ou la corniche de neige qu'il faut éviter), et si on le voit, on ne saura pas utiliser l'info car le facteur de zoom de notre écran ne nous permet pas de repérer le sommet qui s'est dévoilé.

Bref , parfois le GPS doit rester un complément à la navigation classique. Je vous dirai  comment  je fais  plus loin.

Si il fait beau, sur le GR, c'est fou ce que le GPS du smartphone avec la super "appli carto outdoor" marche bien ...

 

Les différents types de GPS:

Les GPS "basics" à ne pas oublier non plus:

Petit GPS sympa !

Depuis les débuts des GPS grand public, il existe des récepteurs qui ne fournissent "que les chiffres" (sans carte). Ils se sont miniaturisés un peu. On en trouve en montre. Ils ont l'avantage d'avoir peu de besoin électrique. Certains tiennent très bien une journée par -10° avec une ou deux piles AAA. Attention je ne parle pas de ceux qui font tout (vitesse max, moyenne, calories dépensées et j'en passe) mais ne permettent pas de savoir où on est !

Leur robustesse physique et électrique, leur faible poids et encombrement, les rend encore très intéressant en montagne. En plus, ils ne sont pas cher, surtout sur Ebay...

Oui, mais comment se repérer avec des chiffres ?

Il faut la carte 25000ème évidement et il faut qu'elle soit carroyée: il s'agit des lignes bleu (pour l'IGN) à chaque kilomètre en EST-OUEST et en NORD-SUD. Ces kilomètres sont des valeurs correspondant à la projection UTM du pays : la France utilise des carroyages UTM WGS84 comme beaucoup de pays (USA, Italie ...). La Suisse utilise la projection CH1903 . Depuis plus de 15 ans, toutes les cartes IGN sont carroyées, depuis toujours pour les cartes Suisse, beaucoup plus récemment (et encore pas partout) pour les cartes italiennes.

Il faut aussi reporter (avant la course) au crayon la valeur des kilomètres sur la partie de la carte que l'on va plier dans le porte carte. En effet ces valeurs ne sont marquées que au bord de la carte.

Une autre solution est de sortir le bout de carte qui nous intéresse sur une feuille A4, grâce à un logiciel ou à des sites comme http://www.geoportail.fr/ (pour la France) ou http://www.geo.admin.ch/internet/geoportal/fr/home.html (pour la Suisse) en demandant la grille ou carroyage, et de la mettre dans un intercalaire plastique.

carte carroyée autour de Briancon

Ensuite il faut régler son GPS pour sortir à l'écran les coordonnées désirées. Par exemple, chez moi à Briancon, il me donne en UTM WGS84:

  • la zone de projection 32T
  • la coordonnée Nord = 4974762 mètres : je suis donc au dessus du trait 4974km (à 762 m) et sous le trait 4975, donc en gros au 3/4 entre les deux,
  • la coordonnée Est = 312869 mètres : je suis donc à droite du trait 312km (à 869 m) et à gauche du trait 313, donc en gros au 9/10 entre les deux.

Je sais donc dans quel carré je suis et où dans ce carré avec une précision de 50 à 100m. On peut même améliorer la précision en achetant un petit carré plastique transparent et gradué sur les bords mais quand il faut le sortir sur la carte avec le vent et les gants ... bof !

Mais bon vous voyez où j'habite ; non? c'est normale l'image est pourrie.

 

Ma méthode de navigation avec un GPS "basic":

Je m'oriente classiquement à la carte, à la boussole (à plat sur la carte) et à l'alti (alti classique ou du GPS). De temps en temps, je fais un point avec le GPS: la fréquence est très variable en fonction des conditions de visibilité, du terrain ... mais vu la précision, il faut au moins attendre 500 m de plus pour qu'un nouveau point soit intéressant. A chaque point, je vérifie que je ne dérive pas trop de la route prévue, ce qui me permet souvent de prendre mes caps à la louche (sans une belle préparation le soir au refuge) et sans trop "d'erreur volontaire" (pour ceux qui auraient oublié ce que c'est ... http://www.avalanche-net.com/sports/orientation_EV.php). Attention pour les flemmards comme moi, à continuer de bien pendre le temps de regarder la carte en détail avant la course, même si on ne calcule pas tous les caps à suivre.

Repérer sur la carte tous les éléments de reliefs à l'avance qui pourront nous permettre de nous "caler" reste la base !

C'est ma vision, faite vous votre idée : de toute façon il faudra tester votre GPS par beau et par mauvais temps sur un chemin par exemple, pour apprendre où sont les fonctions utiles parmi les 1000 proposées, et pour comprendre comment il réagit. Comment on appuie sur la touche avec les gants ...

 

Pourquoi ne pas utiliser les traces et les waypoints ?

  • il faut préparer la trace à l'ordi à l'avance ... c'est long. On a pas toujours prévu l'itinéraire de secours qu'on a envie de prendre une fois sur place. Je vous rappelle qu'il fait mauvais.
  • Pour suivre en confiance la flèche du GPS encore faut il qu'il sache comment il est orienté, et pour ça mieux vaut avoir une boussole intégrée. En effet il ne "reçoit" que sa position donc il faut avancer sur le terrain et ne pas trop bouger le GPS en "orientation" pour qu'il calcule sa direction. Boussole donc !   ben oui, sauf que c'est très gourmand en électrons ... presque autant qu'une puce GPS : dommage.
  • Pour avoir la "tête dans le guidon" (ou dans le GPS) et sauter dans la crevasse, c'est parfait.

Ne soyons pas extrémiste, parfois avoir le waypoint du refuge ou de l'entrée du couloir rend bien service !

De plus, faire demi tour avec la fonction "tracback" marche parfaitement.

 

Les GPS à cartes "pas précises" :

petit GPS

Je parle là de beaucoup de GPS qui embarquent des cartes "constructeur" : genre la carte Garmin (ou autre) de toutes les Alpes sur quelques Mb .

Une bonne carte papier (25000ème) est super importante pour notre navigation donc il faut la même chose sur nos GPS : la conclusion est simple.

Faites une comparaison précise des détails (séracs, barres ...) de votre carte IGN et de celle proposée sur votre "micro" écran.

 

Les GPS qui embarquent les cartes IGN, Swisstopo ... avec un grand écran (10 cm ou plus):

Avec ces appareils en zoomant et en dé-zoomant sur l'écrans, on peut vraiment naviguer en montagne.

Attention à certains points:

  • l'autonomie de la batterie: comment faire une deuxième journée dans le mauvais en raids ? comment faire quand au bout de deux ans la batterie tient péniblement une heure ? Une seule solution : avoir dès l'achat initial une batterie de rechange.
  • C'est cher et combien vont coûter les cartes à télécharger ?
  • L'écran tactile est fragile: j'ai flingué un écran d'Evadéo dans mon sac. Depuis j'ai une protection spéciale.
  • L'écran est toujours trop petit, alors les logiciels proposent souvent de placer votre position vers le bas de l'écran et d'orienter la carte vers ce qui est devant vous. C'est bien agréable, mais il se pose alors le problème de l'orientation d'un GPS comme on l'a vu précédemment: à bien tester !

Enfin moi, je trouve ça trop lourd et surtout trop encombrant pour le mettre en fond de sac. Du coup j'ai le petit "à chiffre" en fond de sac et quand j'ai "trop" peur du temps à venir et de la navigation à faire (surtout en raid à ski ), je prends le gros.

 

Ma méthode de navigation avec un GPS "à carte":

Comme je l'ai dit au début de l'article, je fais une navigation à la carte papier autant que faire ce peut, et je recale avec le GPS. Parfois je n'ai pas peur pour la batterie et je suis très souvent le nez sur le GPS mais pas en permanence pour pouvoir repérer tout ce que le nuage veut bien me laisser voir.

Là encore faites vous votre idée et surtout faites des tests .

 

Les Smartphones:

Les plus évolués (genre Galaxy sous Android, Iphone...) sont très comparables aux GPS décrits ci dessus, avec quelques différences:

  • Ils sont encore plus chers. Quand on voit certain prix d'abonnement téléphonique ! mais bon, quand on en a déjà un pour appeler sa maman...
  • On a le choix du logiciel (appli) et donc des cartes qui vont avec (il faut pouvoir avoir les vraies: IGN ...) : attention à pouvoir garder en mémoire les cartes car la montagne est très mal couverte par la 3G (et même par le réseau téléphonique tout court !).
  • Ils possèdent une boussole électronique qui leur permettent de s'orienter correctement :  Quand le logiciel de carto utilise bien cette info, c'est bien pratique pour positionner au mieux la carte sur l'écran. Cf problème ci dessus des GPS à carte.
  • Ils sont souvent moins robuste à l'eau. Il est donc préférable d'avoir une protection: Magellan fait par ex pour l'Iphone une coque étanche avec amélioration des signaux GPS, et il intègre une batterie supplémentaire en plus. Ceci dit de plus en plus de smartphones abordables sont étanches et assez robuste : j'utilise un Samsung Xcover qui va pas mal.
  • Ils sont généralement très gourmand en électrons et ont en plus la fâcheuse tendance à s'arrêter dès qu'il fait trop froid : il faut tester la batterie par -20°! . Beaucoup de guides ont déjà eut des mauvaises surprises.

Soyons clair : c'est malgré tout l'avenir car nombre d'entre nous auront de toute façon bientôt un Smartphone pour téléphoner, mailer ...

 

Les logiciels:

D'après le site de l'IGN  ( http://www.cartes-numeriques.ign.fr/index.php?id_rubrique=27403&id_objet=4868132) il n'existe que quelques logiciels qui font appel et vendent leurs cartes dont les plus anciens :

  • TwoNav qui tourne au moins sur les Médion Evadéo, sur les Aventura et autres GPS de la marque CompeGPS (ce sont eux qui produisent et vendent Two Nav). Two Nav existe aussi en appli sur Android, Iphone, et windows phone.
  • SityTrail, Iphigénie... en appli Android et Iphone.

Je connais bien Twonav sur GPS dédié et sur Smartphone et un peu Iphigénie. Il m'est donc impossible de comparer proprement les produits. Quelques faits cependant :

Il semble y avoir deux familles :

  • ceux à abonnement (on paye par année) avec cartes gratuites (ou presque) :  Iphigénie par ex pour une vingtaine d'euros par an (ça change assez vite !). Les cartes IGN sont gratuites mais on paye les Swisstopo. Il y a aussi Sitytrail et Mytrails.
  • Ceux où on paye pour la vie et surtout pour les cartes ... : TwoNav par ex a une version gratuite tout à fait exploitable. On paye toutes les cartes (assez cher) mais le choix est imbattable je crois. Il y a aussi Oruxmaps, Locus et Alpine Quest qui lisent tous le format de carte de Twonav : RMAP.

Du coté de TwoNav, Oruxmap & co, on peut aussi scanner une carte perso, la calibrer (avec le logiciel CompeGPS ou autre) , et l'utiliser dans le GPS. On peut aussi avec certain logiciels gratuits (je connais Nonimapview mais ça change tout le temps) récupérer des bouts de cartes qu'utilisent google earth déjà calibrés (image sat ou de reco aérienne): Il ne reste qu'a en changer le format dans CompeGPS pour pouvoir les utiliser.

Si vous ne voulez rien acheter j'ai découvert le site : http://www.vttrack.fr/ top sur un smartphone ! mais il faut la connexion...

Bonne cogitation et profitez de la montagne !